Ils sont à l’origine de la sélection Révélations 2019, qui sont-ils ?

Les 13 membres du Comité d’Orientation Artistique (COA) ont terminé la sélection de près de 450 créateurs pour la 4e édition de la biennale Révélations. Leur ambition ? Vous garantir un événement d’excellence, placé sous le signe de l’audace. Découvrez leurs portraits ! 

Passionnés, artistes et professionnels avisés, ils illustrent et portent les principes de diversité et d’universalité qui caractérisent Révélations, toujours animés par un but commun : œuvrer à la reconnaissance du monde de la création et des métiers d’art en France et à l’international.

Ils se révèlent à travers leurs portraits

Aude Tahon : Présidente d’Ateliers d’Art de France et créatrice textile

Parcours : créatrice textile, Aude Tahon crée des pièces originales, parures élégantes et raffinées ou objets de décoration mêlant habilement lumière et matière. En septembre 2016, elle devient la première femme élue à la tête d'Ateliers d’Art de France. Depuis lors, elle œuvre quotidiennement au rayonnement ainsi qu’au développement économique des métiers d’art et de la création.

Antoine Leperlier : verrier

Parcours : Antoine Leperlier est nommé Maître d’art par le Ministère de la Culture en 1994, fruit d’un savoir-faire reconnu dans la conception de pièces essentiellement en verre. Il expose alors en Europe, aux Etats-Unis et passe même par la Chine, où il anime également des conférences. En 2007, le Musée de Sèvres lui consacre une rétrospective et ses œuvres sont aujourd’hui exposées dans plus de 30 musées à travers le monde.

Claude Aïello : céramiste

Parcours : Fort de 50 ans de carrière et labellisé Entreprise du Patrimoine Vivant, Claude Aïello aime façonner la terre et collabore avec les grands noms du design contemporain depuis son atelier de Vallauris. Il a notamment travaillé en duo avec Ronan Bouroullec, Frédéric Ruyant ou encore Mathieu Lehanneur, avec qui il remporte le Prix Bettencourt Schueller en 2010.

Jean Chauveau : collectionneur

Parcours : Jean Chauveau, ingénieur en aéronautique, apprenti céramiste, collectionneur et amoureux de la Technique et de l’Art, multiplie les passions. C’est ainsi que, très attaché à ses racines auvergnates et berrichonnes, il a créé à Corolle le premier pylône esthétique en bois. Créatif, adepte de créations et de transmission du savoir-faire, il soutient la Fondation Ateliers d’Art de France depuis son origine.

Laura Capazza : galeriste

Parcours : accompagnée de son époux Denis Durand, Laura Durand-Capazza co-dirige la galerie Capazza initialement fondée par ses parents en 1975 au cœur de la Sologne. Pour cette diplômée de lettres, d’art et management, faire perdurer ce lieu s’est imposé comme une évidence. C’est ainsi qu’elle et son mari s’attachent aujourd’hui à défendre la création contemporaine dans toute sa diversité : peinture, sculpture, photographie, orfèvrerie ou encore estampe.

Maria Paz Santibáñez : pianiste et ancienne attachée culturelle du Chili

Parcours : Maria Paz Santibáñez, pianiste passionnée par la création musicale contemporaine, se produit depuis des années dans les plus grandes salles du monde en soliste et avec orchestre. Ex attachée culturelle à l’ambassade du Chili en France, elle est également professeure au conservatoire Claude Debussy de Paris et dispense des « Master Class » aux quatre coins du globe.

Michel Giraud : galeriste

Parcours : comptant parmi les plus prestigieux marchands spécialistes de l’Art déco, Michel Giraud installe sa galerie rive gauche en 2001. Véritable lieu de prédilection pour les collectionneurs, elle immerge ses visiteurs dans le faste des années 1930. C’est dans cet environnement que Michel Giraud aime partager ses découvertes et ses passions.

Nathalie Viot : dirigeante de la Fondation d’entreprise Martell

Parcours : associant direction artistique, commissariat d’expositions, conseil ou encore enseignement, Nathalie Viot a été conseillère en art contemporain pour la ville de Paris, coordinatrice générale des 20 ans du Mamco de Genève ou encore co-fondatrice de Less is More Factory. Depuis janvier 2017, elle est à la tête de la Fondation d’entreprise Martell.

René-Jacques Mayer : Directeur de l’Ecole Camondo et Président des DDays

Parcours : René-Jacques Mayer a occupé plusieurs fonctions au sein du Ministère de la Culture, notamment à la Direction du spectacle vivant, avant de diriger pendant plus de 10 ans la création et la production de la Manufacture nationale de Sèvres. Président depuis 2012 des Designer’s Day, il arrive en 2015 à la tête de l’Ecole Camondo d’architecture et de design.

Serge Nicole : ancien Président Ateliers d’art de France et céramiste

Parcours : Président d’Ateliers d’Art de France de 2006 à 2016, Révélations voit le jour en 2013 sous son impulsion. Céramiste, il met en œuvre le savoir-faire ancestral de la porcelaine au service d'une création contemporaine singulière et unique empreintes de délicatesse et de poésie. 

Thibaut Leclerc : dirigeant du groupe de presse Beemedias

Parcours : Thibaut Leclerc est à la tête de Beemedias, premier groupe de presse magazine dédié à l’univers de la maison (comprenant notamment Intramuros, Archicréé ou encore Le Courrier du meuble). Beemedias soutient activement Révélations depuis sa 1ère édition.

Valérie Quilez : coordinatrice culturelle du Luxembourg en France

Parcours : après une carrière de responsable de communication, coordinatrice d’institutions culturelles ou de festivals en France et en Allemagne, Valérie Quilez rejoint le Grand-Duché en 2004 pour diriger la communication de Luxembourg et Grande Région. Une mission d’autant plus importante que la métropole luxembourgeoise devient Capitale européenne de la culture en 2007. Après cela, le Ministère la charge début 2009 de mettre en place la mission culturelle du Luxembourg en France.

Yves Mikaeloff : collectionneur

Parcours : Yves Mikaeloff a longtemps occupé le poste de Secrétaire général de la Biennale des Antiquaires, le rendez-vous parisien des marchands d’art du monde entier. Aujourd’hui décorateur, collectionneur et antiquaire, il apprécie particulièrement d’avoir eu l’opportunité, par sa précédente fonction, de s’investir d’une manière plus sociale dans les métiers d’art.