FR
EN

Travailler dans les métiers d’art : Oui ! Mais à quel prix pour la santé des professionnels ?

Organisée par : Ateliers d'Art de France

Manuels et créatifs, les métiers d’art impliquent une multitude de risques auxquels les professionnels sont rarement sensibilisés pendant leur cursus et face auxquels ils demeurent assez peu outillés, en l’absence de politique publique dédiée au secteur. La préservation de leur santé comme premier outil de travail est pourtant un défi quotidien pour des milliers de professionnels de métiers d’art.
Vendredi 10 juin : 15:15 - 16:30

Description

De la création contemporaine à la restauration patrimoniale, les métiers d’art sont des métiers « passion ». Derrière chaque œuvre, des femmes et des hommes qui maîtrisent des savoir-faire d’exception, fruits de longues années de pratique, mais aussi une activité qui les expose à une multitude de risques – économiques, sociaux et professionnels. Manuels et créatifs, ces métiers impliquent des gestes contraints, de la manutention, l’utilisation de produits chimiques, d’outils parfois dangereux : les professionnels n’y sont que partiellement sensibilisés pendant leur cursus et restent assez peu outillés face à ces risques et dans une démarche préventive.

Alors même que la santé au travail est affichée comme une priorité indissociable des impératifs de santé publique – en témoigne la loi d’août 2021 visant à renforcer la prévention en matière de santé au travail –, la communauté des métiers d’art illustre, par la diversité des statuts dont ils relèvent, les lacunes criantes qui demeurent.


Angle mort des politiques publiques, les métiers de la création et du patrimoine sont pourtant confrontés quotidiennement à une multitude de défis pour concilier leur activité professionnelle et la préservation de leur santé comme étant leur premier outil de travail. Comment se protéger de l’inhalation de substances irremplaçables pour certaines tâches ? Faut-il privilégier certains équipements de protection même lorsqu’ils contraignent les gestes et mettent en danger sa sécurité ? Comment s’assurer d’un suivi régulier de son état de santé lorsque les médecins ont si peu connaissances des réalités et des risques de nos métiers ?

En tant que syndicat professionnel des métiers d’art, Ateliers d’Art de France est engagé dans la défense et la représentation des métiers d’art auprès des pouvoirs publics. Sans chercher à pallier les carences d’un dispositif de prévention qui demeure de la responsabilité des politiques publiques, le Syndicat travaille en partenariat avec l’ARACT Ile-de-France à l’élaboration d’outils d’accompagnement des professionnels dans la mise en place de mesures de prévention adaptées à leur activité et la préservation de leur santé au travail.


Intervenants

Olivier Crasset

Sociologue et Ferronnier d’art

Ingénieur de recherche au Laboratoire d’études et de recherche en sociologie à l’Université de Brest, ses recherches portent sur les relations entre le travail et la santé. Olivier Crasset a mené des travaux sur la santé des artisans, l’aide à domicile aux personnes âgées dépendantes et la santé des retraités.

Il a notamment publié « La santé des artisans », ainsi que des contributions à des ouvrages collectifs et des articles scientifiques à propos des travailleurs indépendants.

Anciennement artisan, il poursuit ses activités de ferronnerie d’art dans son atelier où il a récemment accueilli l’anthropologue et cinéaste Jean-Christophe Moine à l’occasion d’un entretien.


Vinh Ngo

Directeur général du CIAMT

 

Ancien interne des hôpitaux de Lille, Vinh Ngo est médecin du travail et directeur général du CIAMT, un service de prévention, médecine et santé au travail francilien issu des artisans. Le cœur de métier du CIAMT est centré sur les petites et très petites entreprises, afin de leur apporter des conseils, de l’aide, du suivi individuel dans leur stratégie de santé au travail pour elles-mêmes et leurs salariés.


Emmanuelle Bernat

Céramiste et Sculptrice acier (Emmane)
Administratrice d’Ateliers d’Art de France

Derrière Emmane se cache Emmanuelle Bernat, le terreau de son enfance et sa curiosité l’ont poussé vers des études d’arts appliqués dans la capitale Aveyronnaise (Rodez) puis dans la grande capitale (Paris). Ainsi après un DMA céramique artisanale à l’ESAA Duperré, puis un DMA métal à l’ENSAAMA Olivier de Serres ; en juin 2011, elle crée son propre atelier/boutique à St Jean ST Maurice/Loire. Elle devient ainsi « aciéramiste » en combinant 2 métiers, céramiste et chaudronnière et fabrique des objets de décoration d’intérieur et d’extérieur en aciers et porcelaine. Fin 2020, elle participe à la création d’un lieu hybride, Emmane & Ribambelle, une boutique collective de métiers d’art et son atelier en plein cœur des rues piétonnes de Roanne.

Crédit photo ©V.Poillet


Marie Rousvoal

Vitrailliste et Co-gérante des Ateliers Duchemin

Marie Rousvoal est maître-verrier et co-directrice générale des Ateliers Duchemin. Elle est avec sa sœur, Charlotte Rousvoal, la sixième génération de maîtres verriers. Depuis plus d'un siècle, les Ateliers Duchemin se consacrent à l'Art du Vitrail. Ils restaurent, restituent, conservent et créent des vitraux, et ils s’attachent tout particulièrement à faire que le vitrail continue d'être un art vivant et contemporain. Leur savoir-faire est un héritage, traditionnel et familial, qu’ils mettent au service de la création.  Les Ateliers Duchemin ont fait l’objet d’une monographie « Les Ateliers Duchemin, Théâtre de la métamorphose », publiée aux Editions d’Ateliers d’Art de France.


Michel Tequi

Céramiste

Michel Tequi est céramiste. Il a enseigné la pratique de la céramique, auprès d’adultes et d’enfants, pendant 42 ans. Membre de l’association Paris Potier durant 12 années, il a aussi été organisateur de trois Biennales de la céramique à Villers sur Marne. Il a participé à de nombreuses expositions, reçu en 2016 le Prix Bernard Palissy et a été invité d’honneur du 9e Salon des Métiers d’Art du Plessis-Trévise en 2019.


Christian Alliès

Directeur de l’ARACT Ile-de-France, Délégué régional Anact

Christian Alliès est depuis une dizaine d’années directeur délégué régional de l’Anact (Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail), en poste à Lille puis en Ile-de-France. Il est en charge du déploiement des méthodes Anact et de l’accompagnement des entreprises franciliennes en matière de prévention des risques professionnels, de projets de QVT et d’amélioration des conditions de travail. Il a auparavant dirigé des activités de formation et de conseil ainsi qu’une expérience au sein de l’industrie (chimie et textile) tout en menant une activité  de professeur associé en gestion de projet et management de l’innovation en écoles d’ingénieurs, au sein desquelles il enseigne encore


Retour à la programmation
magnifiercross