FR
EN

L’AGORA, UNE SELECTION AFRICAINE

Espace d’accueil des publics de Révélations, l’Agora est le préambule à la diversité et à l’exception de la biennale. Communauté d’échanges et de projets, cette exposition rassemble pour cette 5ème édition des objets-matières issus d’une dizaine d’ateliers d’art de l’Afrique du Nord au Sud, en passant par l’Ouest et l’Afrique Centrale.


Incarnation des métiers d’art en mouvement perpétuel, la sculpture magistrale de Zizipho Poswa (Afrique du Sud) de sa série Magodi inaugure une édition particulièrement sensible au patrimoine artistique et culturel, aux mythologies personnelles et à leur portée universelle. Par son envergure, ses couleurs éclatantes et son organicité, l’œuvre de Zizipho rappelle que l’Afrique est un territoire incontournable et vivant de la création, authentique et innovant, fier de ses origines et ouvert au monde.

La série Samba Dancer de la céramiste Anne Adams (Nigéria), toute en courbes généreuses et jeu d’équilibre, offre une vision tout à fait inédite de la pratique céramique, tandis que Ngozi-Omeje Ezema (Nigéria) suspend le temps et l’image par ses constructions aériennes, composées de modules céramique. Sculpteur de talent et grand coloriste, Alimi Adewale (Nigéria) modèle ses matières qui deviennent des visages célébrant la singularité de l’individu dans le collectif.

Le designer et ébéniste Jean Servais Somian (Côte d’Ivoire) présente un ensemble mobilier en cocotier laqué révélé par une palette vive des couleurs primaires. Balla Niang (Sénégal) confie un fauteuil d’exception dont la délicate ossature en ébène dialogue avec un cuir délibérément laissé brut. Balla Sidibé (Sénégal) célèbre de son côté le bois de dimp et ses particularités avec une pièce de mobilier délicatement tournée. Autre essence de bois, le mongongo se trouve être une ressource durable et locale pour la communauté Mbunda vivant à la bordure de la Zambie et de l’Angola. A l’écart du monde, les Mbunda perpétuent la tradition de sculpture de masques cérémoniaux, parmi les plus grands d’Afrique Australe.

Les tissages monochromes de Johanna Bramble (Sénégal), à l’apparente simplicité, sont en réalité de savantes associations de matières, comme le coton, le papier et l’abaca. L’œuvre en fibres naturelles réalisée par le collectif Woven Worldwide rappelle que le Ghana est une terre de savoir-faire, particulièrement réputée pour ses paniers et formes tressées.

Incrustation d’un fil d’argent ou d’or sur une forme généralement en acier, le damasquinage est la spécialité de la ville de Meknès et de l’atelier d’Hicham Essaidi et de Jurande (Maroc), dont la série présentée revisite le répertoire décoratif du Royaume. Au sud du continent, le designer Meyer Von Wielligh (Afrique du Sud) élabore un langage inédit inspiré directement de la nature pour son mobilier aux lignes actuelles et élégantes.

Les architectures céramiques de Nathalie Djakou Kassi (Cameroun / Nigéria), recélant de détails émaillés ou laissés bruts, sont des rêves urbains où l’Homme est au toujours cœur. D’humanité il est aussi question dans l’œuvre engagée et sans équivoque de Ghizlane Sahli (Maroc), artiste du vivant qui combine à merveille la simplicité de matières plastiques recyclées aux fils de soie chatoyante.

Cette sélection est un premier aperçu de la créativité des ateliers d’art du continent et vous invite à poursuivre votre voyage au fil des espaces du salon consacrés aux savoir-faire de l’Afrique, cœur battant des métiers d’art et des matières de demain.


Vous aimerez aussi

Retour à la liste des actualités
magnifiercross